Acceptabilité sociale des projets industriels : les énergies renouvelables en quête d’ancrage local

Avouons-le, dans les années 1960, l’acceptabilité sociale n’était à l’époque pas le sujet prioritaire lorsqu’il s’agissait de construire un barrage hydroélectrique dans les vallées de nos massifs montagneux. Je le constate dans ma pratique du sujet Acceptabilité Sociale. La mémoire de certains territoires en est encore marquée par la conduite à la hussarde de ces projets d’infrastructure très anciens.

Production en symbiose avec les territoires

Centralisée au siècle dernier, la production d’énergie électrique se transforme progressivement. Éolien, méthanisation, solaire : décentralisée et renouvelable, la production d’énergie doit désormais obligatoirement s’appréhender au plus proche des territoires.

 Reçu négativement

Ainsi, dans la plupart des cas, cette transition a priori bénéfique est pourtant majoritairement reçue négativement par les riverains, c’est le fameux NIMBY. Par exemple, une acceptabilité sociale des projets éoliens est souvent la plus critique en raison des nuisances réelles ou supposées : impacts visuels, pollution sonore… Bref, chaque projet développé dans notre pays fait l’objet de résistances acharnées avec l’émergence d’associations d’opposants.

Une opportunité fantastique

Pourtant, l’arrivée de ces infrastructures est souvent une opportunité fantastique pour les territoires d’implantation. Souvent en difficulté économique et démographique, l’apport de projets d’énergie renouvelable est un bol d’air non négligeable en matière de ressources. A condition bien sûr que les projets puissent être suffisamment ancrés et « co-construits » localement ce qui reste encore à parfaire.

Acceptabilité sociale indispensable

Une acceptabilité locale est indispensable au bon développement de vos projets ENR sur les territoires et à l’appropriation par les populations des enjeux et des retombées associées. Ainsi, pour accroître vos chances de succès, vos projets doivent inclure une forte dimension d’ancrage territorial qui passe par :

  • La conduite d’un diagnostic et d’une analyse fine de chaque territoire. Et cette analyse doit prendre en compte les enjeux de toutes les parties prenantes avec une vision élargie des problématiques,
  • Une feuille de route de communication équilibrée (entre papier, oral, digital, interactif et descendant…) avec des outils orientés acceptabilité sociale. Surtout, elle doit être menée par le chef de projet à destination des habitants et des élus sur le projet,
  • Des vrais argumentaires car les opposants aux projets d’infrastructures ont souvent un prêt à porter d’éléments de langage. Franchement effrayant pour celui qui n’y connaît rien,
  • Faire vivre un processus de concertation et de co-construction exemplaire à toutes les étapes du projet avec les habitants. Ainsi, vous devez les voir devenir des acteurs.
  • Un appui méthodologique et un conseil aux communes pour la meilleure distribution des retombées économique et financières pour le territoire. En effet, la loi NOTRE a compliqué la tâche des développeurs en consacrant davantage de retombées fiscales aux communautés de communes. Les communes concernées par les implantations sont les grandes perdantes. Cela suppose que chaque développeur prenne cette problématique. Donc mobilise son ingénierie et son imagination pour limiter cet effet négatif incontestable pour son projet.
  • Une vision dans le temps car si cette approche acceptabilité sociale se construit durant la phase de développement, elle ne s’arrête pas là.En effet, elle doit absolument se poursuivre durant la phase d’exploitation…

Une approche sur mesure

Pour conclure, une évidence. La crise des gilets jaunes est venue nous le rappeler. Cette acceptabilité sociale et la co-construction ne peuvent pas être facilitées par des cabinets parisiens venus prêcher la bonne parole en province avec des méthodologies « rouleau compresseur » hors sol… Elle n’est possible qu’avec une approche empathique, humble, sur mesure, co-construite territoire par territoire !

Articles similaires

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *